Partagez | 
 

 Ezra Fitz - de la noblesse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ezra Fitzgerald
Messages : 2
Points : 50
Anniversaire : 16/12/1993
Inscription : 22/02/2016
Âge du Joueur : 23
Orientation Sexuelle : Hétérosexuel
Emploi : Aristocrate
avatar
Rôdeur Sans Couleur
MessageEzra Fitz - de la noblesse
Mar 23 Fév - 8:19

Ezra Fitzgerald
Masculin
32 ans
Noble
Fortune du monde est-ce un métier ? Influence le gouvernement et prend place au conseil (Il est un peu actionnaire de l'état...)
Kuchiki Byakuya - Bleach
Don (Facultatif) ??
“The only thing I like about rich people is their money.”
― Nancy Astor
❝ Identity
Arrogant x Malhonnête x Égoïste x Calculateur x Stratège
❝ caractère.
❝ caractère.

❝ Biography


HTML5 Icon
- Part 1

La vie n’est qu’une succession de ratures. On se trompe, on tue, on vit, on hait, on aime. Mais jamais on ne renonce. Les Fitzgerald sont des survivants. Des entreprenants au passé sombre. Le petit garçon naquit un après-midi d’hiver, sa mère en lui donnant naissance, eut des séquelles à cause de l'accouchement. Elle était de faible constitution, si bien qu'elle fut forcée de vivre recluse entre les murs de sa chambre, qu'elle partageait avec son tendre époux. Constamment aux petits soins, Eleonore Fitzgerald, la mère, souffrait énormément de cette attention bien trop protectrice. Mais peu importait, après une brève discussion avec lord Sylvestre Fitzgerald, ils en vinrent à la même conclusion concernant le prénom de leur garçon : Ezra. Le même que le grand-père (noblesse oblige). Ils trouvaient cela mignon, presque touchant, de créer une sorte de lien entre un parent et un enfant. Malgré tout, l'enfant ne vécu pas une enfance heureuse, à cause de la faible constitution physique de sa génitrice, le petit brun n'eut jamais l'opportunité de connaître les joies d'avoir une mère chaleureuse, d'être portée dans ses bras, cajolée et couverte de baisers chauds. Contrairement à son frère Eros, et sa sœur aînée Elladora. Et le manque de présence maternelle lui porta préjudice, entre les absences de son père pour son travail. Le petit Ezra ne connu réellement que sa nourrice, Beatrice.

Lord Sylvestre Fitz était un homme froid, antipathique, élitiste et imbu de sa personne ; qui ne se dédiait entièrement qu'à son propre petit confort personnel et le travail dont il ne cessait de parler en longueur de journée. Il ne prit jamais ses enfants dans ses bras, et ne su jamais les féliciter lorsqu'il aurait du le faire ; il en était incapable. Les démonstrations d'affection, et même dans un cadre privé, n'étaient pas chose aisé pour cet aristocrate égoïste. Sa seule manière de s'exprimer devant ses enfants était la plupart du temps, de leur faire des reproches, ou de leur dire que ce n'était pas assez, qu'ils devaient travailler plus, et étudier encore afin d'atteindre le summum de la connaissance. Le noble misait énormément sur son fils aîné, Eros, qu'il voyait déjà comme son prochain successeur. A un tel point qu'il en délaissait complètement ses deux autres enfants. Elladora la fille, haïssait son père, elle ne l'appelait d'ailleurs jamais par cette connotation, et préférait le désigner d'un mouvement de tête. Quant à Ezra, le plus petit du trio d'enfants Fitzgerald, il se contentait tout simplement de surveiller en silence les agissements de son père. De l'espionner derrière la porte, lorsqu'il était en pleine réunion avec ses collègues de travail, ou encore d'écouter attentivement les leçons de savoir-vivre, d'escrime ou de géographie qu'il donnait à Eros. Intérieurement, le petit rêvait qu'il se conduise ainsi avec lui. Qu'il fasse de lui son héro, son chouchou, au détriment de tout. Mais c'était impossible, Eros avait bien trop d'importance à ses yeux. Au fil des années, Ezra nourrit une féroce haine envers son frère, même si il faisait absolument tout pour ne pas le montrer en sa présence, sa rancune grandissait et nourrissait un brasier ardent impossible à éteindre. Ce fut le début de la décadence d’Era Fitzgerald.

Quant à sa mère, cette dernière était bien trop malade pour se préoccuper des différences bien nettes que s'amusait à faire Sylvestre envers ses trois enfants. Mais cette femme était d'un naturel calme, doux et généreux. L'absolu contraire de son époux. D'ailleurs, ils ne s'étaient unis que pour des raisons financières, par un mariage arrangé. Ils ne s'aimaient pas d'un amour passionnel, malgré le léger béguin qu'avait Eleonore pour lui.

Un beau jour, Eleonore Fitz aperçut son fils Ezra errant, l'air morose, dans les couloirs du manoir de la capital : Pandemonium. C'est dans le regard du petit, que la grande dame compris à quel point la solitude pouvait être un sentiment très pesant. Ainsi, afin de lui faire plaisir et de lui montrer de jolies choses, elle proposa à des membres de sa famille qui logeaient sur une île appartenant à la famille, de prendre en charge Ezra juste l'histoire de quelques mois. Ezra avait besoin de changer d'air et de s'éloigner de l'ambiance froide du manoir familial quelques temps, selon Eleonore. Et c'est à partir de cet instant que sa vie toute entière bascula dans l’ombre. Âgée de douze ans à l’époque, son premier voyage en mer fut un des plus mémorables. L’enfant ne l’oubliera jamais, et vivra avec ce cauchemar permanent, rêvant sans cesse de cette journée comme de celle qui fut le commencement de tout.

Le bateau fut attaqué par des pirates, alors qu’une bataille se livrait sur le pont, certains descendaient dans l’espoir de voler des bijoux ou d’autres objets de valeur dans les cales. Les trésors ne sont pas tous d’or ni d’argent. Ezra s’était cachée dans une cabine, se croyant en sécurité en ces lieux ; ce fut une grossière erreur. Lorsque la porte s’ouvrit lentement, son souffle s’arrêta. Ses jambes reculèrent, tentant de ne faire qu’un avec l’ombre. Il resta sans voix, sans souffle, lorsque les mains du pirate se mirent à refermer la porte froidement. Ses pas le menèrent peu à peu à l’enfant, une étrange lueur d’avidité scintillant dans son regard. Il le regardait comme un prédateur. Un sourire malsain se dessina sur ses lèvres au fur et à mesure. Sa main droite effleura la joue du jeune garçon, jusqu’à descendre petit à petit. Il le prit ici, sans scrupules, sans sens du détail, ce fut rapide et bref. Ne pensant qu’à son propre plaisir. Une fois qu’il eut finit de le posséder, il le laissa là, et remit correctement son pantalon avant de quitter la pièce ; aussi vite qu’il fut passé. Laissant un petit garçon terrorisé, alarmé et frissonnant. Encore sous le choc, ne prenant pas encore conscience de cet acte barbare. Il ne lui fallait qu’une bonne heure pour retrouver le calme. Il recula encore et encore et se cala contre le mur de la cabine lorsque la porte s’ouvrit de nouveau. Ses mains se crispant sur les bords de son pantalon déchiré. Un autre homme apparût, mais l’expression sur son visage n’était que peinée, de la pitié s’y lu. Il était le plus gentil. Et le dévisagea un long moment, avant d’entendre des coups de feu à l’extérieur ; la bataille faisait rage. Il se précipita vers le hall, fuyant avec son ami en sautant à la mer. La bataille fut gagnée. Mais des choses sont restées inoubliables. Vengeur. Le petit garçon se sentait mal, de fortes nausées le rétractèrent, ici, dans son coin sombre ; dans son monde. Il voulait rester seul, il ne voulait que sentir ses lèvres trembler, se débarrasser de cette odeur corporelle mélangée à de l’alcool fort. De longues larmes chaudes et salées coulèrent le long des joues de porcelaine vernie du jeune aristocrate, il pleurait, sans parvenir à arrêter ce flot d’incompréhension qui s’insufflait en lui. Son coin sombre, les genoux repliés sur son ventre plat, ses petites mains se crispant à ses chevilles. Ses mains lui faisaient mal. Du sang, des écorchures ; de l’eau se mêla au sang. Ses pleurs se firent silencieux, ses sanglots passèrent inaperçus tandis que la bateau tanguait, et tanguait. Il en avait assez de pleurer, et d’être faible, il voulait changer. Assez d’être que le second garçon de la famille sans privilèges et sans pouvoir si ce n’est celui d’être l’ombre de l’aîné.

HTML5 Icon
- Part 2

C'est un beau jour, qu'Elladora Fitz, fille aînée de la noble et aristocratique famille découvrit avec stupéfaction, que le meurtre pouvait frapper à toutes les portes. Alors qu'elle continuait de se préparer pour sa fugue à venir, cela faisait un certain temps qu'Elladora comptait quitter sa famille, pour s'engager dans la Piraterie, dans l’unique but de choquer son père évidement. Elle eut dans l'idée de se rendre au grenier de l'ancien manoir dans lequel ils vivaient autrefois, lorsque l'illusion de la famille parfaite ne cessait de les engloutir jour après jour. Personne n'y allait, il tombait en ruine, et la porte se coinçait très facilement ; d'ailleurs, aucun des habitants était parvenu à l'ouvrir ; comme si on l'avait au préalable fermée à clé. Leur mère se trouvait en campagne, elle avait commencé à perdre la tête après que l'on ait déduit qu'Eros avait du mourir en mer, ce dernier n'étant toujours pas revenu depuis plus de six mois, alors qu'il commençait tout juste sa formation de soldat.  Elladora se souvint avoir par le passé, caché un livre là-bas, essentiel pour sa fuite secrète. Ainsi, la jeune noble déchue enfila un manteau et affronta la pluie torrentielle qui s'abattit en ce moment même sur la ville de Londres. Marchant à pieds jusqu'au manoir, afin de ne pas alerter les soupçons, ce n'est qu'après avoir forcé férocement le porte, que la brunette entreprit de grimper deux par deux les interminables marches du hall d'entrée. Elle jeta un bref coup d'oeil et constata que l'état des lieux était encore pire que ce qu'elle avait auparavant pensé. Cet endroit aurait besoin d'un sérieux nettoyage de printemps, et encore, peut-être étais-ce trop tard.

Arrivée tout en haut du vieux manoir sombre, Elladora tenta de pénétrer dans le grand grenier, mais la porte bloquait une nouvelle fois. La brunette insista un peu plus fort, et finalement, cette dernière succomba et s'entrouvrit en un grincement sonore. Le seul bruit discernable était celui des bruits de pas d'Elladora, faisant frémir le parquet. Elle parcouru la pièce des yeux, à la recherche du coffre où son précieux ouvrage avait été caché ; et c'est en se tournant vers la gauche que le coup fut de taille. Elladora porta sa main à ses lèvres en poussant un cri perçant, horrifiée. Le visage blêmit, les mains tremblotantes, elle aperçu son bien-aimé frère, raide mort sur le sol, le corps couvert de coupures, de bleues bien marquants et de sang séché. Alors que la jeune femme à la robe verte se mettait à reculer de plus en plus, jusqu'à sentir un mur amortir le choc de son dos ; encore sous le choc. Elle entendit le claquement de la porte du grenier. Son sang se glaça. Elladora tourna sa tête avec lenteur et aperçu une silhouette élancée. Son plus jeune frère Ezra.

- Ezra ! s'exclama la brunette, se sentant tout de suite immédiatement rassurée par la présence de son petit frère. Regarde -- Eros -- il -- il est mort !
- Je le sais, répondit le principal concerné, plutôt solennellement, sans jeter un coup d'œil vers le corps de son défunt frère.
- Tu le savais ? Ezra ! Nous étions tous malades de ne pas avoir de nouvelle de lui -- Et comment as-tu -- mais la brunette s'interrompit, en voyant le regard glacé et inexpressif de son frère. Aucune émotion de tristesse n'apparaissait au fond de ses yeux, ce fut à cet instant qu'elle eut un léger doute. Et ce sentiment lui transperça le cœur.
- Toi et Eros, en un sens, vous vous ressembliez...bien trop, un fin rictus amer s'ancra à ses lèvres.
- Eros-- la voix d'Elladora se coupa brusquement, réalisant enfin ce que son frère avait fait. Et ce dont il était réellement capable. C'était toi -- tu l'as tué !
- Non. Je n'ai fait que rectifier ce qui me semblait incorrect, nuance ; le regard azuré de la silhouette masculine fit quelques pas en avant, claquant la porte froidement. Elladora sursauta. Mais cela ne change rien… Il suffit juste que tu oublie ce que tu sais.
- Tu te rends compte que tu me demande de te couvrir ? le ton de sa sœur grimpa brusquement. Couvrir un meurtre, Ezra !
- C’est sir Fitzgerald. Siffla-t-il en tentant de prendre un ton à priori convainquant.

Peu importe. Comment trouver un mot pour décrire ce qu’elle savait ? Horrible ? Compromettant ? Insensé ? Elladora avait toujours cru tout savoir de son frère ; hors il y a des choses qui passent sous silence dés l’instant où un lien se créé. Pour une sécurité bien exquise.

- Il est hors de question que je trempe dans tes complots suicidaires, si c’est l’unique moyen de te faire plaisir…A faire du mal autour de toi ; se retint-elle de murmurer en un souffle.
- Bien.

L’amitié est une chose rare, semblable à du miel doré que l’on voudrait garder uniquement pour soi et ne le partager avec personne d’autre. On raconte que l’amitié survie même à toutes les épreuves de cette vie, à tous les drames, tous les cauchemars et tous les bonheurs du Monde.

- J’espère que tu es content. C’est vrai, Ezra avait eut ce qu’il voulait. Je me fiche de tes principes, je me fiche de tes raisons, tu n’en avais pas, tu n’avais qu’une motivation d’égoïste, tu n’as agit que pour le gain de cause. Tu peux te faire appeler sir Fitzgerald autant que tu veux maintenant mais tu n’es rien d’autre qu’un meurtrier à mes yeux. Ces mots, Elladora les lui jeta au visage, si on peut dire. Dégoûtée par ce comportement indigne qui ne lui ressemblait pas. Elle avait toujours vu en Ezra, la justice, la loyauté et la bonté par excellence. Elle le croyait incapable de faire de mal à une mouche. Profite de ta nouvelle place d’héritier dans ce Monde, tu ne la mérites certainement pas ; bonne soirée, sir Fitzgerald.

Le visage pâle aux longues boucles brunes s’évanouit plus loin, de sa main, qu'elle plaça sur la poignée de la porte du grenier jusqu’à se mordiller la lèvre inférieure. Inutile de claquer la porte, cette fille lui avait claqué son image en mille morceaux. Hors, la porte ne daignait pas s'ouvrir. Elladora fronça les sourcils, et un frisson lui parcouru immédiatement l'échine. Le cœur battant, son sang affluant vers ses tempes, la jolie brune émit une pression depuis les muscles de sa main contre la poignée. Elle tentait désespérément de l'ouvrir, mais visiblement, le système était bloqué, ou fermé à clé. Le premier réflexe d'Elladora fut de tourner sa tête vers la droite, à la recherche de son petit frère.

- Oh oui, j'avais oublié une chose, fit la voix traînante d’Ezra, le regard perçant rivé sur le dos de sa sœur aînée. J'espère pour toi que tu comprends ma situation, reprit le timbre sec d'Ezra, et que ton silence serait très certainement le plus beau cadeau que tu puisses m'offrir.
- Ah, nous y voilà -- se moqua son interlocutrice, s'étant retournée pour faire face au jeune homme de dix-huit ans. C'est maintenant que tu vas me faire une offre afin que je garde le silence ? Avoue -- que cela te fait peur. Les lèvres d'Elladora se courbèrent en un sourire amusé, à mesure qu'elle s'avançait vers sa moitié, le regard flamboyant. Reconnais -- que le risque que tu finisses par payer pour ce crime est bien trop grand.
- Effectivement -- marmonna difficilement Ezra, d'une voix rauque. Mais tu es ma sœur, c'est ton devoir.
- Il était notre frère, et c'était également ton devoir de ne pas lui faire du mal. Il t'aimait, tu le savais-- Elladora s'interrompit d'elle-même en apercevant le visage de son frère se muer en une moue méprisable -- tu te sentais tellement exclue à cause  de père--
- Lord Fitzgerald n'a strictement rien à voir là-dedans !
- (...) que tu as bondit sur l'occasion de te faire valoir à ses yeux. Tu le voulais pour toi tout seul. Qu'il base ses espoirs sur toi, oh, jeune fils modèle. protesta la brunette aux yeux marron, haussant le ton afin de dépasser celui de son interlocuteur ; ravagé par la frustration qui la dévorait intérieurement. Ne mens pas ! Tu viens de le prouver en l'appelant par son titre, tu ne l'as jamais appelé "père" ; jamais. Tu es si -- impersonnelle. Il est notre père, Ezra !
- Dans ce cas, il n'a qu'à se comporter comme tel ! Le jeune garçon fit volte-face, réalisant son erreur, et chercha à s'éloigner le plus rapidement possible.

Une lueur scintilla dans le regard de la grande brune, elle venait de toucher un point sensible. Son regard paru s'adoucir en l'espace d'un instant, et elle vint placer sa main contre l'avant-bras d'Ezra, dans l'unique but de la garder à ses côtés le temps de mettre les choses au clair.

- Ezra…
- Peu importe ! Son regard balaya le grenier férocement, c'est ainsi, il est mort, et notre serment en tant que frère et sœur est de garder cela secret. Jusqu'à ce que la mort nous sépare, tu m'entends ?

La jeune brune, désormais seule avec ses sombres pensées dans cette pièce, ne pu s'empêcher de scruter avec écœurement, horreur, le corps meurtrit et dénué de vie sur le sol. Déglutissant péniblement, il lui fallut un certain temps pour se décider à reprendre une expression de pure neutralité, bienveillante, et quelque peu joviale. Mais avec toutes ces visions qui se faufilaient dans son esprit, faire comme si rien ne s'était passé semblait bien plus difficile que prévu...C'est à partir de cet instant, qu'Elladora Fitzgerald compris ce qu'était vraiment son frère, en-dehors du masque hypocrite, mielleux qu’il ne cessait d'aborder. C'était un monstre dénué de scrupules, corrompue, et flirtant avec la mort pour servir ses propres intérêts.

Chuck // 22 ans // Top-site // Très,très,très,très intéressant..
Revenir en haut Aller en bas
Deah Mitchell
Messages : 37
Points : 270
Anniversaire : 22/08/1986
Inscription : 20/02/2016
Âge du Joueur : 31
Lieu d'Origine : Pandémonium. La métropole chaotique. Bien sûr.
Orientation Sexuelle : Hétérosexuelle. J'suis plate hein?
Emploi : Des petits boulots par-ci, par-là. Tout sauf la prostitution. Gros défi.
avatar
// World People
MessageRe: Ezra Fitz - de la noblesse
Mar 23 Fév - 10:14

Ezra, quel beau nom!! Un prophète (Mode croyante : on )
Bienvenue ami de la forêt. Bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Ezra Fitzgerald
Messages : 2
Points : 50
Anniversaire : 16/12/1993
Inscription : 22/02/2016
Âge du Joueur : 23
Orientation Sexuelle : Hétérosexuel
Emploi : Aristocrate
avatar
Rôdeur Sans Couleur
MessageRe: Ezra Fitz - de la noblesse
Mer 24 Fév - 14:48

Merci beaucoup !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageRe: Ezra Fitz - de la noblesse

Revenir en haut Aller en bas
 
Ezra Fitz - de la noblesse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pretty Little Liars [Drame]
» Présentation ezra Fitz
» Ce n'est pas la beauté de la femme qui ensorcelle, mais sa noblesse
» {{ NOBLESSE ETRANGERE
» Fitz Arthiew [Pouffy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
_ pitch black :: Pitch Black ♦ Gestion des Personnages :: Identités Marquantes-
Sauter vers: